Le dernier empereur de l'empire austro-hongrois

Charles Ier d'Autriche et sa femme

Il fut un temps où l'Autriche était à la tête d'un immense empire qui finit par se désintégrer après la fin de la Première Guerre mondiale. De nombreuses révolutions ou guerres ont mis fin aux royaumes et aux empires et celle de l'Autriche a été la dernière à entrer dans l'histoire. Qui était alors le dernier à porter sa couronne? Qui était l'empereur qui a dû éteindre la lumière, comme on dit?

Cet empereur était Charles I d'Autriche, également connu sous le nom de Carlos IV de Hongrie, un homme né en 1887 décédé en 1922. En plus d'être le dernier empereur d'Autriche et le dernier roi de Hongrie, il était également Il était le dernier monarque d'une famille qui a donné de nombreux rois au monde, la Maison des Habsbourg-Lorraine.

Charles I d'Autriche régna à peine trois ans, de 1916 à 1919 quand il a quitté le gouvernement sans abdiquer. La monarchie était mourante, bien qu'il ait essayé de ne pas y arriver jusqu'à sa propre mort en 1922. Il est né le 17 août 1887 au château de Persenbeug en Basse-Autriche, lorsque l'empereur et roi de Hongrie était son grand-oncle Francisco José, un homme avec qui elle ne s'entendrait jamais.

Il a épousé la princesse Zita de Bourbon-Parme y lorsque l'archiduc François-Ferdinand fut assassiné à Sarajevo, déclenchant la Grande Guerre, il devint héritier. Ce n'est qu'alors que l'empereur commença à le prendre plus au sérieux et était enclin à l'introduire dans les affaires d'État. À la mort de Francisco José, il accéda finalement au trône, en 1916. Peu de temps après, les Polonais déclareront leur indépendance et l'Autriche deviendra une confédération d'États, ce qui signifiera le début de la fin de l'Empire. En 1918, il a quitté l'État et laissé aux Autrichiens et aux Hongrois le soin de décider de leur forme de gouvernement.

Charles Ier d'Autriche, Bien qu'il ait essayé de garder la monarchie en Autriche et plus tard en Hongrie, il n'a pas réussi. Lui et sa femme sont partis en exil sur l'île de Madère. En 1922, il a pris froid en se promenant dans la ville, c'était compliqué en bronchite puis pneumonie. Sans antibiotiques en vue, ils n'avaient pas encore été inventés, il a eu quelques crises cardiaques et est décédé le 1er avril devant sa femme qui était enceinte de leur huitième enfant.

Ses restes sont toujours enterrés sur l'île de Madère, à l'exception de son cœur, qui avec sa femme est enterré en Suisse. En 2004, il a été béatifié par l'Église catholique.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*