Tribus dans le parc national de Manú

Survival International a publié des photographies en gros plan du Mashco-Piro, un peuple indigène isolé du sud-est du Pérou.

Les Mashco-Piro sont connus pour habiter le Parc national de Manú, mais leurs observations ont augmenté ces derniers mois.

Cette institution dit que de nombreuses tribus indigènes sont déplacées de force de leurs maisons en raison de l'exploitation forestière illégale dans et autour de la zone, et sous des hélicoptères volant à proximité de pétrole et de gaz.

Les Mashco-Piro sont l'une des tribus inconnues sur les photos et qui représentent environ 100 peuples autochtones isolés dans le monde. Et il semble que cette tribu a tué Nicolas "Shaco" Flores qui appartenait à une autre tribu - il essayait de prendre contact avec le Mashco-Piro depuis 20 ans.

"Le premier contact est toujours dangereux et souvent mortel - à la fois pour la tribu et pour ceux qui essaient de les contacter", a déclaré Stephan Corry, directeur de Survival. «Le souhait des Indiens de le laisser tranquille doit être respecté».

Survival dit que les photos sont les observations les plus détaillées d'Indiens isolés jamais enregistrées à la caméra. Le photographe, Diego Cortijo utilise une lentille de télescope pour obtenir des images à environ 120 mètres de distance.

L'année dernière, le groupe a écrit au Service National des Espaces Naturels Protégés du Pérou (SERNANP) pour exprimer son inquiétude face à une vidéo montrant des touristes laissant des vêtements sur les rives des rivières pour attirer l'attention de ces tribus et les photographier.

Compte tenu de cela, les autorités environnementales péruviennes ont demandé à ne pas entrer en contact avec ces Indiens isolés d'Amazonie après la publication de ces photos. "Nous recommandons de ne jamais essayer d'entrer en contact avec ces communautés (isolées), qui s'efforcent de rester à l'écart du monde extérieur", a déclaré Mariela Huacchillo, une responsable du Sernanp.

Il a souligné que le touriste qui tente d'entrer en contact peut être porteur "de virus mortels" et toucher les indigènes, qui sont sensibles à contracter des maladies qui n'existent pas dans ces régions.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

bool (vrai)