La Sainte Trinité; le monastère de San Sergio

El Monastère de la Trinité et Saint-Serge est dans la ville de Sergiyev Posad, À 70 km de Moscou, classé comme un centre spirituel important de l'Église orthodoxe russe.

En 1476, Ivan III a invité plusieurs enseignants à construire l'Église. Cette structure est l'un des rares exemples restants d'une église russe couverte d'un clocher. L'intérieur contient les premiers signes de l'utilisation de carreaux pour la décoration.

Au 16ème siècle, Basile III a ajouté l'annexe Nikon et la tente Serapion, où plusieurs des disciples de Sergius ont été enterrés. Et il a fallu 26 ans pour construire la cathédrale à six colonnes, commandée par Ivan le Terrible en 1559.

La cathédrale est beaucoup plus grande que son modèle et son homonyme au Kremlin de Moscou. La magnifique iconostase du XVIe au XVIIIe siècle présente le chef-d'œuvre de Simon Ouchakov, l'icône de la Cène. Les murs intérieurs ont été peints de fresques bleues et violettes par une équipe de maîtres de Yaroslavl en 16. La voûte contient les sépultures de Boris Godounov, de sa famille et de divers patriarches du XXe siècle.

Au fur et à mesure que le monastère est devenu l'un des propriétaires fonciers les plus riches de Russie, il est progressivement devenu la ville moderne de Sergiyev Posad, connue sous le nom de Zagorsk à l'époque soviétique.

Juste en face des murs du monastère, se dresse le couvent de Saint Paraskeva, parmi les bâtiments desquels l'église Saint Paraskeva de (1547), l'église d'introduction (1547) et une chapelle du XVIIe siècle au puits de Saint Paraskeva sont encore visibles.

En 1550, une palissade en bois entourant le cloître a été remplacée par des murs de pierre de 1,5 kilomètre de long, avec 12 tours, ce qui a aidé le monastère à résister à un siège polonais de 16 mois en 1608-1610. Une coquille trouée dans le mur sur les portes de la cathédrale est conservée pour rappeler le site défaillant de Wladyslaw IV en 1618.

De nombreuses structures ont été ajoutées au monastère de la Sainte-Trinité au 17ème siècle, y compris un petit palais baroque des patriarches, connu pour ses intérieurs luxueux, et un palais royal, avec ses façades peintes dans la conception originale.

 


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

bool (vrai)