Les tombes royales de Don Pedro et Inés

À l'intérieur de Monastère d'Alcobaça, il y a une des attractions touristiques: les tombes royales des amoureux le roi Pierre I (de 1320 à 67) e Ines de Castro (1325-55).

Ils se sont rencontrés lorsque Pedro a été forcé d'épouser la jeune femme Constance de Castille en 1339, où sa demoiselle d'honneur était Inés, fille d'un aristocrate castillan. Pedro est tombé amoureux d'Inés et l'a prise pour amante. Après la mort de Constanza en 1349, Pedro a refusé de se remarier et est resté dévoué à Agnès, avec qui il a eu plusieurs enfants.

Pedro a reconnu tous ses enfants avec Agnès et a favorisé les Castillans à la cour, amenant le père de Pedro, le roi Alfonso IV, à leur relation comme une menace pour son royaume. Ainsi, en 1355, le roi l'avait assassinée. Deux ans plus tard, Alfonso IV mourut et Pedro devint roi.

Le roi Pedro I a immédiatement déclaré qu'Agnes s'était mariée lors d'une cérémonie secrète à Bragança, faisant d'elle sa reine légitime.

Le roi Pierre a commandé des tombes en marbre pour lui et sa bien-aimée, face à face. Bien qu'endommagés, ses sarcophages sont les plus grandes sculptures du Portugal du 14ème siècle. Les deux tombes ont des effigies du défunt avec l'aide d'anges.

Les côtés de la tombe de Pedro sont décorés d'épisodes de la vie de saint Barthélemy et de scènes de sa vie avec Agnès, y compris la promesse qu'ils seront ensemble até ao fim do mundo (jusqu'à la fin du monde). Son tombeau est décoré de scènes de la vie du Christ et du jugement dernier.

De même, dans le monastère se trouve le Panthéon royal, il a été détruit lors du tremblement de terre de Lisbonne de 1755 et reconstruit peu de temps après dans un style néo-gothique. Il contient les tombes du XIIIe siècle de la reine Urraca de Castille (décédée en 13, épouse du roi Alphonse II) et de la reine Beatrix de Castille (décédée en 1220, épouse d'Alphonse III). La tombe la plus remarquable est celle de la reine Urraca, richement décorée de reliefs romans nocturnes de la famille royale, des apôtres et du Christ dans une mandorle.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*